L’Open Innovation : est-ce que ça marche vraiment ?

By in
L’Open Innovation : est-ce que ça marche vraiment ?

Réussir Open Innovation – Environ 90% des entreprises estiment qu’elles innovent trop lentement, et 80 à 90% des initiatives d’innovation ouverte restent à l’état d’étude et n’aboutissent pas à une implémentation concrète.

Dans les gigantesques stocks de données numériques gisent les informations qui serviront à innover ou à optimiser des services existants. 

Encore faut-il savoir les récupérer et les exploiter de façon à pouvoir innover rapidement et efficacement.

L’Open Innovation : qu’est-ce que c’est ?

Dans la littérature, l’Open Innovation est définie comme : « un procédé qui consiste à impliquer des tierces-parties externes à votre processus d’innovation, afin d’exploiter au mieux l’intelligence collective de votre écosystème ».

Malgré cette définition très prometteuse, aujourd’hui les entreprises qui pratiquent l’Open Innovation estiment qu’elles innovent trop lentement, voire même que leurs initiatives d’Innovation Ouverte échouent!

Donc pour répondre à la question : « l’Open Innovation est-ce que ça marche ? », je dirais que c’est un concept très prometteur, mais qu’il n’est pas encore arrivé à maturité dans les entreprises.

Les différents usages de l’Open Innovation

Au cours du temps, l’Open Innovation a évolué dans son usage.

On peut faire de l’innovation ouverte pour :

  • chercher des solutions à des problématiques
  • dresser un état-de-l’art
  • rechercher des fournisseurs en dehors de son écosystème habituel
  • faire de la valorisation technologique ; c’est-à-dire trouver de nouveaux domaines d’application, en dehors de leurs industries, à des technologies développées par les entreprises
  • faire du Insourcing ; les entreprises entendent souvent parler d’une nouvelle technologie (Block Chain, IoT…) et souhaitent comprendre comment ça fonctionne pour ensuite voir comment l’appliquer en interne

Les barrières rencontrées par les entreprises

1. NIH syndrom

Le « Not Invented Here » syndrom (NIH syndrom) est une façon de penser qui suggère que tout ce qui est fait en dehors de l’entreprise n’est pas bon.

Or, une entreprise ne peut pas avoir une expertise dans tous les domaines, et l’Open Innovation est là justement pour aider les entreprises à monter en compétences. Lorsqu’une entreprise se lance dans une initiative d’Innovation Ouverte, si elle ne s’appuie pas sur les bonnes personnes dès le départ, ces projets auront très peu de chances de réussite.

2. Crainte de perdre la Propriété Intellectuelle de leurs technologies

La crainte qu’ont les entreprises de perdre la Propriété Intellectuelle de leurs technologies représente en-soi une barrière à l’Open Innovation.

On pense à tort qu’il est préférable de ne pas communiquer avec des experts externes de crainte de leur divulguer des informations confidentielles. 

Or l’information contenue dans les publications scientifiques et les brevets reflètent le passé, au mieux le présent, mais pas le futur. Par conséquent, pour avoir une vision prospective sur son sujet d’étude il faut contacter les experts à l’origine de ces documents ; non pas pour leur donner des informations sur son projet, mais plutôt pour les questionner sur les résultats de leurs recherches. C’est une opportunité qui n’était jusqu’ici possible qu’en participant à des conférences scientifiques ou à des salons dédiés. Le fait de pouvoir interagir à distance avec des experts mondiaux, grâce aux nouvelles technologies, représente un gain de temps considérable dans les processus d’Open Innovation.

3. Le niveau de maturité du sujet étudié

Les sujets de niche, pour lesquels il n’existe que peu voire pas d’information dans la littérature, ont généralement un faible taux de réussite.

L’Open Innovation n’est pas une solution miracle qui va permettre aux entreprises d’accéder à une information qui n’existe pas. Avant de se lancer dans une initiative d’innovation ouverte, les entreprises doivent évaluer le niveau de maturité de leurs sujets afin d’identifier ceux qui se prêtent le mieux à l’approche de l’Open Innovation.

4. La culture de l’entreprise

Les entreprises peuvent identifier des solutions extérieures qui répondent à leurs problématiques, mais ensuite ne sont pas en mesure de les mettre en œuvre par manque de flexibilité. Lorsqu’une entreprise n’est pas agile, cela peut considérablement ralentir le processus d’Open Innovation et constituer un frein à sa réussite.

Les solutions proposées pour s’affranchir des ces barrières et réussir avec l’Open Innovation

1. S’appuyer sur les bonnes personnes 

Lorsqu’une entreprise se lance dans une initiative d’Open Innovation, elle doit s’appuyer sur les personnes qui seront contentes de trouver la bonne solution, quel que soit sa provenance. Le « Proudly Found Elsewhere » syndrom est l’opposé du NIH syndrom. 

2. Choisir les sujets à étudier en fonction de leur niveau de maturité

Éviter d’utiliser l’Open Innovation pour étudier des projets expérimentaux (faible niveau de maturité), mais plutôt favoriser des sujets à haut niveau de maturité.

3. Utiliser des outils et des méthodes qui permettent de faciliter et réussir l’Open Innovation

Parmi les facilitateurs de l’Open Innovation on retrouve la Big Data, qui porte sur la recherche, la capture et le stockage des données numériques. 

Il est possible d’accéder gratuitement à une partie des données numériques de la Big Data appliquée à la recherche scientifique grâce à l’Open Access. L’Open Access s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un bien commun, dont la diffusion est d’intérêt public et général.

Le véritable enjeu porte sur l’utilisation de l’Open Access pour servir au mieux la stratégie de l’entreprise. L’analyse en temps réel de documents numériques permet d’une part d’effectuer rapidement un criblage de la connaissance existante sur un sujet, et d’autre part de contacter les experts les plus pertinents pour solliciter un avis et éventuellement démarrer une collaboration. 

Ce travail est aujourd’hui rendu possible par la démocratisation de grandes plateformes utilisant l’Open Access, telle que la plateforme ideXlab.

Enfin, plusieurs options s’offrent aux entreprises pour mettre en place l’Open Innovation. Découvrez ces différents modèles dans cet ebook gratuit



Leave a reply