Category Archives: OI Pratique

Articles traitant des pratiques de l’innovation ouverte

L’Innovation Ouverte, est elle vraiment collaborative ?

Peut-on véritablement parler d’Open Innovation collaborative ?

Afin d’introduire cet article sur l’Open Innovation collaborative, j’aimerais dire que 2018 fut une année très riche en rencontres dans mon rôle d’Open Innovation Specialist. J’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec plus de 170 Directeurs d’Innovation / d’Open Innovation dans des grands groupes partout en Europe.

Le plus notable en 2018, c’est l’avancée de l’Open Innovation (OI) au sein de ces organisations.

En 2017, nous étions encore en train d’expliquer les concepts, les démarches et l’apport de l’OI. En 2018, pour la majorité des personnes rencontrées (plus de 80%), l’intérêt de l’Innovation Ouverte n’est plus la question.


Cependant, plusieurs interrogations sont maintenant d’actualité 

Désormais, la question que nous commençons à entendre en 2019 est : comment l’Open Innovation nous aide-t-elle à créer une vraie culture collaborative ?

Nous constatons de part et d’autre que des communautés, forums et groupes se sont créés. Malheureusement, il est difficile d’en retirer de la valeur car certains fondamentaux ne sont pas encore acquis.

Le Broker, un acteur central

Ci-dessous, je propose ma vision par rapport à cette question, et ce qui pourrait amener des réponses.

En 2003 dans la publication de la Canadian Society for Civil Engineering, J. Rankin et C. Lendzion, introduisent le terme “Innovation Broker”.

Le rôle du Broker dans l’innovation ouverte est primordiale car il est le point central de cette ouverture. Son rôle est d’apporter une solution à celui qui en cherche (le Seeker).

open innovation collaborative

Le rôle de Broker peut être externe à l’entreprise (consultants) ou internalisé (par exemple par des ‘Technology scouts’). L’année 2018 a vu la montée en puissance de l’internalisation de l’innovation ouverte qui passe par la création de nouveaux métiers, comme par exemple chez Safran.

Dans l’Open Innovation, la collaboration est possible à plusieurs niveaux

La collaboration interne (Seeker-Seeker)

Cette collaboration, théoriquement simple, doit être promue avant de faire de l’innovation “externe” mais reste très difficile à mettre en place. En effet, identifier le bon expert interne au sein des grands groupes n’est pas une chose simple. Typiquement Schneider Electric a pris le choix de promouvoir l’expertise locale dans les outils d’Open Innovation pour pouvoir répondre à cette problématique.

La collaboration externe du Seeker

Cette collaboration soulève aujourd’hui beaucoup de questions sur la confidentialité, et surtout sur les compétences du Seeker à gérer des négociations/contrats car il est souvent  surtout apprécié pour ses compétences techniques. Cela n’empêche pas le Seeker d’utiliser l’intelligence collective à d’autres fins que celles de la résolution de problèmes, comme le montre l’article un exemple d’état-de-l’art utilisant l’open innovation.

Cette collaboration externe passe donc plutôt par le Broker dont le rôle est d’identifier des partenaires potentiels et de construire un écosystème collaboratif autour des programmes de recherches stratégiques de l’entreprise.

Une collaboration entre Brokers au sein d’un groupe

Dans un groupe, cela passe par un réseau ou une communauté interne à l’entreprise. Aujourd’hui, c’est le point central du déploiement de l’Innovation Ouverte : Comment faire en sorte que les différents Brokers collaborent ensemble au sein d’une même entreprise ? Comment s’assurer que l’information circule ? N’y at-il pas de prise de contact redondante ? Comment être certain qu’une solution extérieure n’est pas déjà trouvée ailleurs dans l’organisation ?

Une collaboration entre Brokers de différentes entreprises

Cette collaboration passe par un changement culturel plus important. Que ce soit une version classique de type “communauté” ou une version plus moderne de type “Plateforme” : le marché n’est pas encore mûr, ni pour l’un ni pour l’autre.

L’Open Innovation collaborative, bientôt une réalité ? 

En conclusion, parler de collaboration entre communautés alors que la majorité des grands groupes que l’on côtoient ont du mal à faire collaborer leurs équipes en interne reste très futuriste.

Les freins sont multiples :

  • Confidentialité
  • Gestion de la Propriété Intellectuelle
  • Partage des coûts
  • Divergence de points de vue
  • Volonté managériale
  • Adhésion des équipes R&D

Nous y arrivons doucement. Après une première étape d’adhésion à la démarche de l’Innovation Ouverte en 2018.

2019 est l’année où les promesses faites pour convaincre le Senior Management et les porteurs de projets seront délivrées

Les années du collaboratif arriveront probablement d’ici 2020-2021.
Finalement, pour répondre à la question du départ : « Non, l’innovation ouverte n’a pas encore changé la donne concernant le développement d’une culture collaborative, mais elle va le faire rapidement. Nous pourrons alors parler d’Open Innovation collaborative.
Pour en discuter et savoir comment une plateforme collaborative et connectée sur le monde industriel et académique comme ideXlab peut vous aider à progresser dans votre pratique de l’Open Innovation, venez nous rencontrer !

Nous rencontrer

 

Un exemple d’état-de-l’art utilisant l’Open Innovation

Comment réaliser un état de l’art ? En quoi l’Open Innovation peut-elle aider ? Quelques réponses simples ci-dessous.

Qu’est-ce-qu’un état-de-l’art ?

Un état de l’art, c’est l’identification des connaissances antérieures pour éviter de réinventer. Faire un état-de-l’art permet de vérifier ou justifier que l’on produit des connaissances nouvelles, pour une thèse de doctorat ou le dépôt d’un brevet par exemple. L’état de l’art comprend souvent aussi l’identification des acteurs – académiques ou industriels – qui sont à l’origine de la connaissance : l' »écosystème ». Mieux, cet écosystème peut être interrogé pour compléter et renforcer l’état de l’art. C’est là que l’Open Innovation intervient. D’autant que les algorithmes de data mining et de classement des plateformes d’Open Innovation permettent une accélération des tâches de recherche de publications et d’acteurs souvent fastidieuses. Concentrons-nous à présent sur un exemple d’état-de-l’art.

Etat-de-l’art : exemple des feuilles mortes

Prenons un cas réel traité par un industriel : le problème de la chute des feuilles mortes sur les rails des trains, à l’automne. Les feuilles mortes provoquent une perte d’adhérence entre les rails et les roues des trains, notamment du fait de la transformation des feuilles au passage des trains. La matière transformée provoque une perte d’adhérence entre la roue et le rail qui exige d’allonger les distances de freinage et de fait désorganise le cadencement des trains.

état-de-l'art exemple

Commencer par les publications scientifiques

L’état de l’art va consister en de multiples requêtes à l’aide d’un moteur de recherche. Nous conseillons de commencer par une investigation des publications scientifiques (qui sont souvent plus riches et explicites que les sources de brevets). Dans notre exemple, cette exploration débute autour de combinaisons des mots-clés « roue », « rail », feuilles », « adhérence », qui vont retourner des publications sur ces sujets. Les publications intéressantes sont sauvegardées.

Identifier des mots-clés et faire un mindmap

Les premiers résultats de ces requêtes vont aussi permettre d’identifier d’autres mots-clés utiles pour approfondir le sujet : « friction », « adhesion enhancer », « adhesion coefficient », et vont progressivement faire émerger des thématiques de recherche qu’il va falloir structurer (nous préconisons d’utiliser un mindmap) : moyens de rétablir l’adhérence, étude de la « black layer » qui se forme lorsque la roue écrase la couche de feuilles, techniques de nettoyage de couche de feuilles (par chauffage laser, par projection de substances, par jet d’air, etc.) Au fur et à mesure des requêtes, la connaissance s’approfondit, se structure, de nouvelles publications sont sauvegardées et ajoutées au bon endroit dans le mindmap.

Trouver des brevets intéressants

Dans un second temps, les requêtes les plus intéressantes sont exploitées avec les sources de données de brevets. Elles permettent non seulement d’identifier les brevets intéressants du domaine, mais aussi de mieux cerner l’écosystème. Dans notre cas, un écosystème universitaire (et, dans une moindre mesure, industriel) très riche est apparu en Europe (Grande Bretagne, Allemagne, Ukraine, Pays-Bas, Italie, …), en Asie (Chine, Corée du Sud, Japon) et en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada).

Contacter des experts : une démarche propre à l’Open Innovation

Enfin, pour compléter l’état de l’art, l’industriel a décidé de prendre contact avec un certain nombre de groupes universitaires. Cette étape, qui est optionnelle, est aussi spécifique à une démarche d’Open Innovation. Elle présente l’avantage de parler à des spécialistes du domaine qui peuvent actualiser l’état de l’art avec les données et recherches les plus récentes et même non publiées. Même au travers d’une conversation durant moins d’une heure, ils permettent d’identifier les points importants ou de se projeter dans le futur, ce qu’une recherche purement bibliographique ne permet que de façon très limitée. C’est comme aller à une conférence annuelle et y interviewer les experts mondiaux les plus réputés !

Contacter des experts : se poser les bonnes questions

Une remarque finale. Dans tous les cas, avant de contacter un expert pour affiner un état de l’art, il faut se poser la question « pourquoi passerait-il du temps sur mon sujet ? ». Dans notre cas sur les feuilles mortes, une grande société industrielle était à l’origine de la question et beaucoup d’experts sont intéressés par un dialogue qui peut conduire à une collaboration. Mais d’autres options sont possibles : simple échange d’information, perspective de monter un projet commun, rétribution, etc.

Un échange ou une relation équilibrée est l’une des clés de réussite des projets d’Open Innovation.

mindmap etat de l'art
Représentation synthétique de l’État-de-l’art et de l’exemple sur les feuilles mortes. Chaque boîte contient des publications scientifiques ou des brevets se rapportant au sujet.

Pour voir comment réaliser un état de l’art sur la plateforme d’ideXlab, participez au wébinaire de démonstration

participer

[Guide] Quelle option d’Open innovation choisir ?

Quelle option d’Open Innovation choisir pour la mise en oeuvre  ?

L’Open Innovation est un recours lorsqu’une réponse à une question technologique ou scientifique ne peut être trouvée en interne dans une entreprise ou lorsque l’externalisation de la réponse ou de la solution est la meilleure voie à suivre. Mais quelle est la meilleure option d’Open innovation pour trouver cette solution externe ?

On peut penser à de nombreuses pratiques couramment citées telles que faire appel à des consultants spécialisés, monter une équipe de veille technologique ou de ‘scouting’, participer à des conférences spécialisées pour rencontrer des spécialistes, utiliser une plateforme d’Open Innovation (mais laquelle ?), faire appel à son réseau social professionnel ou tout simplement utiliser son moteur de recherche favori… Toutes ces solutions sont bonnes, le choix de la solution la plus efficace va dépendre du contexte.

3 questions à se poser

Pour prendre la bonne décision sur son option d’Open Innovation, il va falloir se poser trois questions (dans cet ordre) :

  • Avons-nous vraiment besoin d’aide extérieure ?
  • Notre budget est-il limité ?
  • Les délais sont-ils serrés ?

Si la réponse à ces questions est oui, vous pouvez d’ores et déjà considérer de recourir à une plateforme/option d’Open innovation !

Avons-nous vraiment besoin d’aide extérieure ?

Si la réponse à le première question est négative, c’est que les ressources internes sont compétentes et disponibles. Pas de raison d’aller voir ailleurs, sauf bien sûr si un deuxième avis ou une proposition extérieure peut amener de la valeur.

Notre budget est-il limité ?

Si votre budget n’est pas limité (seconde question), la meilleure option est sans doute de faire appel à un cabinet de consultants spécialisés en innovation en qui vous avez confiance. Vous bénéficierez d’un service de qualité, sans doute assez rapide. En revanche, ils protègent leur savoir-faire (il n’y aura pas de transfert de compétences, donc la prochaine fois il faudra à nouveau les solliciter) et le coût sera élevé. Monter une équipe de scouting peut s’avérer une bonne solution alternative si le volume de projets est important, mais cela va prendre du temps.

Les délais sont-ils serrés ?

Enfin si votre budget est limité mais que vous avez le temps (troisième question), les plateformes de crowdsourcing d’idées sont intéressantes : elles peuvent permettre de générer pour un coût raisonnable de nombreuses options, parfois très originales. Cependant elles génèrent des coûts internes qui peuvent devenir importants lorsqu’il faut trier et évaluer les idées. Et le résultat n’est pas garanti, il vaut mieux que votre problème ne soit pas trop complexe. Faire appel à son réseau social est également intéressant, mais pour un résultat aléatoire : quelle est la qualité de votre réseau dans le domaine considéré ? Reste les moteurs de recherche classiques : on y trouve tout, mais rarement ce que l’on cherche, ou sans garantie d’être tombé sur le meilleur résultat. Ils ne sont tout simplement pas conçus pour des problématiques d’innovation et risquent fort d’être…  une perte de temps.

Enfin, si les réponses à toutes les questions sont positives (besoin d’aide, budget limité, délais serrés) une plateforme d’Open Innovation comme celle que nous avons développé présente des avantages importants : elle permettra une réelle appropriation de la compétence en Open Innovation, guidée par l’outil. Elle garantit un nombre maîtrisé de résultats issus de l’intelligence collective. Et bien sûr elle répond à des impératifs de coûts et délais limités, et sera d’autant plus efficace que le nombre de projets augmente.

option d'open innovation

[Vidéos] Veille scientifique : tout comprendre sur l’utilisation de la plateforme d’innovation ouverte ideXlab

 

L’Open Innovation a de nombreux avantages, mais difficile d’en profiter sans l’utilisation d’une plateforme d’innovation ouverte adaptée. Comment trouver à la fois les bons partenaires et les bonnes compétences dans le domaine d’expertise parfois loin de celui de mon entreprise ? À l’inverse, comment offrir ses services et son expertise dans des domaines scientifiques et techniques de pointe ?

 

ideXlab, une plateforme d’innovation ouverte multiservice et internationale

 

Pour améliorer sa veille scientifique et accélérer l’innovation au sein de son entreprise, l’utilisation d’une plateforme d’innovation ouverte permet d’accéder plus rapidement à la connaissance et aux bons experts. Par sa multiplicité de services, la plateforme ideXlab permet de mobiliser une communauté d’entreprises spécialisées, d’experts et d’universitaires, mais également d’analyser des centaines de millions de documents sur des sujets technologiques variés.

Grâce à un algorithme dédié, la plateforme offre la possibilité en temps réel :

  • d’analyser des articles scientifiques et brevets, autour du sujet souhaité
  • de stocker et structurer ses recherches, grâce à une arborescence détaillée
  • de trouver parmi les 10 millions d’experts ceux qui sont les plus pertinents pour votre projet

Développée dans une approche de pluridisciplinarité et de décloisonnement, la plateforme ideXlab permet de mettre en relation de manière très simple des problèmes et des solutions. Elle offre notamment une analyse de l’état de l’art ou de sujets à la pointe de la recherche dans tous les domaines d’activité, scientifiques, techniques et marketing. Dans cette courte vidéo, découvrez la genèse d’ideXlab et quels sont les objectifs de la plateforme : 

innovation ouverte plateforme

 

Une plateforme d’innovation ouverte unique : créez, stockez, échangez !

 

Dans une vidéo plus complète, nous vous invitons à découvrir la plateforme d’innovation ouverte, sa facilité d’utilisation et son potentiel de recherche, autour d’un exemple : la fabrication additive, ou impression 3D, des céramiques. Ces techniques de fabrication ont la particularité de procéder uniquement par un ajout de matière, assisté par ordinateur. L’enjeu, dans ce cas, est de trouver comment améliorer la fabrication de pièces en céramique spécifiques, en utilisant de nouvelles techniques de fabrication additive, ou en utilisant un substitut aux parties en céramique.

innovation ouverte plateforme

La valeur ajoutée de la plateforme d’innovation ouverte ideXlab se trouve dans sa capacité à combiner tous les besoins de ses utilisateurs dans quatre actions distinctes, les « 4 S » :

  • Search : le moteur de recherche d’ideXlab permet de trouver rapidement à travers l’analyses des articles et brevets les spécialistes sur les sujets recherchés par son entreprise
  • Structure : la plateforme permet de conserver les anciennes recherches, et de structurer ainsi la connaissance
  • Save : la plateforme offre un espace de stockage pour constituer sa propre bibliographie
  • Share : ideXlab permet d’échanger les résultats de la recherche entre utilisateurs, et ce de manière confidentielle

 

Faites vos premiers pas vers l’Open Innovation : testez la plateforme avec un compte gratuit comprenant 10 crédits de recherches et accédez aux connaissances de 10 millions d’experts.

[Ebook] Le co-développement au coeur de l’Open Innovation

 

L’accélération du basculement d’un modèle d’innovation fermée à celui d’innovation ouverte au sein des entreprises a changé le regard des professionnels sur l’utilisation de leur écosystème pour nourrir leur propre besoin d’innovation. Quand le principe du collectif est au cœur de l’innovation ouverte… découvrez le co-développement !

Co-développement : de l’idée à la production

 

Le co-développement est l’un des principes inhérents à l’innovation ouverte. Il repose sur la collaboration entre professionnels et experts venus de tous les horizons, mais également sur le développement collectif de produits ou services dans un objectif commun. Le co-développement intervient à tous les niveaux de maturité technologiques, de l’idée ou concept jusqu’à la production et le mode de distribution du produit. Partager pour mieux capitaliser, et ce à toutes les étapes de la création de produit, une idée utopique ?

Le co-développement, une solution adaptée à tous les secteurs

 

Loin d’être un simple concept nébuleux, l’innovation collaborative possède pour autre avantage d’être applicable à tous les secteurs industriels, et constitue une source d’inspiration d’un secteur à l’autre.
Dans cet ebook, découvrez 6 exemples concrets et réussis de déploiement d’une stratégie d’innovation ouverte et de co-développement, selon des objectifs extrêmement variés tels que :

• L’amélioration de la croustillance du pain
• L’utilisation de nouveaux matériaux pour les boîtiers électroniques
• La préparation de surfaces en titane par le traitement à sec
• La création d’une réaction exothermique contrôlée
• La conception d’un système de freinage sans contact
• La conception d’un système de guidage pour les véhicules autonomes

image co-developpement telecharger ebook